COUSELLING ROGERIEN

vladimir-kush-always-togheter

Carl Rogers (né en 1902 à Oak Park, Illinois – mort en 1987 à La Jolla, Californie) est un psychologue humaniste nord-américain. Il a surtout œuvré dans le champ de la psychologie clinique, la relation d’aide (counselling) et l’éducation.
Sa méthode, l’Approche Centrée sur la Personne (ACP), met l’accent sur la qualité de la relation entre le thérapeute et le patient (écoute empathique, authenticité et non-jugement). C’est une élaboration de ce qu’il a d’abord appelé la non directivité, également connue aujourd’hui sous le terme de Counselling rogerien.
Selon Rogers, les trois attitudes fondamentales du psychothérapeute (ou de l’aidant) sont l’empathie, la congruence et le regard positif inconditionnel.
Dans l’approche rogérienne, le psychothérapeute ou le psychopraticien se doit d’être un exemple de congruence ou d’authenticité pour son patient afin de lui signifier qu’il est, lui aussi, une personne et non pas un expert ou un conseiller. Il y a congruence lorsqu’il y a correspondance exacte entre l’expérience, la prise de conscience et l’expression de soi, lorsqu’il existe en fait une cohérence dans l’expression de la personne, entre ce qu’elle ressent, ce qu’elle pense et comment elle agit.
L’empathie s’exprime par des messages verbaux et non verbaux. Les messages verbaux consistent en la répétition ou la re-formulation des éléments-clés d’une problématique exprimée par un patient (c’est-à-dire davantage que le seul langage -pathique : vient de pathos qui veut dire le fait de souffrir, subir, être traversé.)
Le thérapeute est capable de comprendre une situation non pas depuis son propre cadre de référence, mais depuis celui de son patient.
La « chaleur » (ou « considération positive », « non-jugement »), enfin, consiste en l’accueil inconditionnel du patient. La personne est acceptée telle qu’elle est, dans l’ici et maintenant, avec le cadre de référence qui lui est propre. Une attitude humaine, chaleureuse et encourageante sont les points-clés de cette dimension.
Bien plus que des concepts à appliquer, l’approche rogérienne implique un savoir-faire mais surtout sont un savoir-être pour le thérapeute ou le conseiller.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *